Archives pour la catégorie l’Argentine



500g pépites de chocolat/citron/confiture de lait/chocolat suisse… Artisanale bien sûr

glace002.jpg

glace001.jpg

Le petit matin

fleurs9mars001.jpg

fleurs9mars002.jpg

Depuis ma fenêtre

0011.jpg0031.jpg0061.jpg0081.jpg0111.jpg0121.jpg0131.jpg0141.jpg

Orange mustach papy

Et voilà ce que donne un peu trop de vin, la perte de sa dignité, une coloc surexcitée et un pauvre gâteau (toujours pomme-cannelle)

Avec la chemise, l’alliance est parfaite

orangemoustache001.jpgorangemoustache002.jpgorangemoustache003.jpgorangemoustache004.jpgorangemoustache005.jpg

 

 

IUNA, barbes et musique

Je continue à suivre et travailler les cours qui sont assez passionnants.

Hier notamment notre professeur a disserté pendant 2h pleines sur « Retour vers le Futur » (1, 2, 3) – que demande le peuple? – au départ pour exemplifier une théorie, puis pour le plaisir. J’étais vraiment hallucinée de la réaction des élèves, qui connaissaient pour la plupart les films par coeur. Pas seulement quelques répliques cultes (« 88 miles à l’heure! »etc), mais le détail, la mise en scène, la chronologie..

C’est vraiment très différent de la France en cela que les élèves semblent avoir un esprit critique et analytique très développé, une concentration qui semble toute naturelle, une culture qui coifferait au poteau n’importe quel petit (considéré comme tel) « intello » francais, et une énergie hallucinante. Les gens allient un comportement physique trèèès détendu (on enlève ses chaussures et on s’asseoit en tailleur sur les chaises, on mange, on boit, on se passe le maté de table en table,…) et un investissement total et très touchant. tout le monde intervient, le plus souvent pertinemment, avec des références que la plupart du temps je ne saisis pas, et surtout avec beaucoup de simplicité et d’humilité.
Ce (relativement) jeune prof, comme tous ceux qui enseignent dans notre département (moyenne d’âge 30 ans)  avait vraiment un point de vue original sur ces oeuvres, mettant en relief la vision socio-politique évidente derrière « Retour vers le Futur », sans parler d’engagement à aucun niveau, mais par le biais de directions scénaristiques évidemment loin d’être innocentes. Le simple fait que les années 50 soient dans leur majorité présentées comme une alternative idyllique aux années 80 plongées dans le « mal-être social »..

Décidément on peut voir un film des dizaines de fois et ne pas en saisir toute la complexité.

Ces études me permettent de me rendre compte à quel point le spectateur fait l’oeuvre, et que finalement l’artiste est toujours dépassé par elle en un sens, même si paradoxalement on l’associe directement à ce qu’il a créé (Léonard de Vinci, c’est la Joconde)

Michel Gondry en parle très bien, toujours à propos des 3 films de Zemeckis, en disant qu’il s’y trouve pratiquement tous les genres, du polar à la romance en passant par le film de SF et la comédie, tout en étant un divertissement extrêmement réussi avec une structure complexe et de vrais questionnements, desquels on ne vient à bout, et encore pas complètement, qu’après plusieurs visionnages.

Il m’est de plus en plus difficile de trouver mes mots en francais, et pas seulement parceque je vis désormais en Argentine, mais aussi parceque je jongle avec trois langues. L’anglais, que j’écris, parle et lis tous les jours (pas plus tard que ce matin j’ai dévoré « Charlie et la chocolaterie » et lu quelques poèmes de Poe. Les librairies affluent ici) mais aussi le francais avec certains des habitants de l’appart (on jongle avec l’espagnol) et enfin ce même espagnol, que j’entends en cours et que je parle avec mes amis étudiants, de plus en plus proches et étonnament sympathiques et disponibles pour la petite Francaise que je suis, décidément un peu lente au démarrage.

Deux des plus sympathiques étant C. et F., compagnons de cigarette et de gâteaux pommes-cannelle, tous deux plus âgés que moi (26-27 ans)

C. est une petite nana débordante d’énergie, à la voix rauque, malicieuse et chaleureuse (oui, on dirait que je parle de mon nouveau chiot). Elle a étudié 7 ans à Barcelone et parle un peu le francais.
F. est un (Grâce lui soit rendue!) homme à barbe, très sérieux et passionné quand il s’agit de discuter (de n’importe quoi), la plupart du temps les sourcils froncés. Quand ca se défronce c’est de la bombe.

Je constate chaque jour l’amour des Argentins pour la France, la petite lueur dans leurs yeux quand le mot « Paris » est prononcé. C’est très sûrement un avantage que d’être Francaise ici. Hier je suis tombée sur un serveur francophile au petit restaurant ensoleillé et plein de chats errants courant dans l’herbe au pied de la Bibliothèque. Le justifiant par mon origine (???), il m’a offert des petits biscuits délicieux pour aller avec mon « cafecito » (qui est pour l’instant mon mot favori).

Chaque jour est l’occasion de faire de la musique et d’en écouter. La guitare progresse plus vite que je ne l’aurais imaginé. Elle aussi a eu droit à ses petits biscuits de félicitations.

Le piano me manque, et je cherche toujours le moyen et l’endroit pour en jouer.

A part cela, je traque les Reflex dans tous les magasins environnants du quartier afin de trouver le parfait deal. Les prix sont vraiment très bas et le choix large. Je dois cependant me dépêcher puisque les cours commencent le 14 mars.

 

« T’ES FORT EN HISTOIRE! C’EST BIEN, CA… »

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Coppola à la Colifata

Un regard sur la Colifata de Buenos Aires, radio émise depuis un hôpital psychiatrique.

Chacun, considéré comme « fou » à tort ou à raison peut s’y exprimer. Coppola y a tourné une scène de son merveilleux dernier film, « Tetro », tourné en Argentine, après avoir lu un article dans le NY Times sur cette émission pas comme les autres.

Image de prévisualisation YouTube

Bonbons aquarelle

12fev2011001.jpg12fev2011002.jpg12fev2011003.jpg

Fellows

0012.jpg

Lola

Lola vient d’arriver dans le studio à côté du mien.

Elle a vingt-trois ans, est drôle, brillante, francaise.

Son travail d’illustratrice sonore/auteure peut s’effectuer depuis un ordinateur, de n’importe quel lieu, elle a donc décidé de venir le faire à Bs As.

Cette nuit comme souvent personne n’était couché à 4h du matin, si j’en jugeais la musique et les rires provenant de la chambre de Tomas un peu plus loin dans l’appartement.

Je descends donc de mon nid pour me faire des pâtes et entends le bruit de talons qui claquent dans le couloir, puis un juron. Finalement Lola apparaît qui revient de soirée. Nous nous installons à table, moi avec mes spaghettis quasi nature, elle avec une tranche de melon, et, le lever du soleil et quelques cigarettes aidant, nous voilà parties à refaire le monde jusqu’à 7h du matin.

Prochaine étape dans une petite heure: une des deux boulangeries francaises portègnes pour faire le plein de viennoiseries pour tous les habitants de l’appartement. Isabel, Tomas, Steffi, Lola et moi, sans oublier Juliette qui est partie sur un coup de tête fabuleux accompagner son amie manageuse dans des festivals de musique/carnavals argentins ce week-end, mais qui habite avec nous en ce moment.

Bonne journée à tous back to Paris, avec ou sans croissants pour démarrer la journée!

From Callao to Abasto

0011.jpg002.jpg003.jpg004.jpg005.jpg

1234


Les échos d'Altaïr |
starrynight |
Hatake sitraka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mylifemystory
| Choupinette
| jess5593@mon blog