Violente

L’oeil gauche se retourne

Revient

tranquille.

Se retourne et reste.

Il a bien vu.

La mouette droite sur

Le toit de la voiture

PICORE

sec

un temps

sec

un temps

sec

sec

sec

L’oiseau éventré.

 

- – -

 

Les épaules portent la lourdeur

avant d’aller là-bas, il

faut aller dans l’eau.

il faut:

se fatiguer

habiter son corps

Les pieds évitent les détritus

Personne n’a compris pourquoi

y aller à pied.

D’abord, longer la plage,

longtemps.

Contourner

le vide

Et comme une mauvaise herbe,

Le voici, le parc.

Tout est cassé, mais on

l’avait lu, on croyait ne

pas s’en rappeler et puis si,

on l’avait lu.

Toutes les pierres, toutes les plaques,

la statue.

Et par-dessus, une lumière

bretonne, kaléidoscopique.

 

« Uccello »

 

 

 

Les corps par terre, tout à

coup, au détour d’une rue.

Un homme disloqué, un autre debout, qui appelle

à son côté mais pas

trop près.

Celui, caché par les lumières des polices.

 

Et une béance, d’où sort une

langue, il dort debout sur le

plus joli pont de Rome, en

position de crucifié, ailes

à demi déployées.

 

 

On te donne:

deux colliers, un rouge-bleu-marron

un noir-jaune-rouge

un éléphant rouge verni

On te parle: GHANA -SENEGAL

Doudou NDiaye Rose

Lac rose

Aristote

Kant

L’hiver au pays

Les jumelles sont nées

 

Entre les marchés de Trajan et

le Piazza Venezia

 

Trois chèvres tintent, poils

longs et os partout.

 

Les yeux de Steffi sont la seule fraîcheur.

 

 

 

 

 

0 commentaire à “Violente”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Les échos d'Altaïr |
starrynight |
Hatake sitraka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mylifemystory
| Choupinette
| jess5593@mon blog