Daniela

Encore une après-midi irréelle dans cette ville décidément pleine de surprises.

Steffi et moi avons shootées le clip du « Monstre » comme je l’ai très vite surnommée, aka Daniela Cardone, énorme star en Amérique Latine, ayant été dans le désordre et comme beaucoup d’ex-belles filles désoeuvrées: mannequin, styliste, dj, gagnante du « Koh-Lanta » espagnol (!) et girlfriend d’un milliardaire qui avait gentiment prêté une de ses voitures de sport pour l’occasion.

063.jpg

 Le tournage avait lieu au Club One, une des plus grandes boîtes de Buenos Aires, sorte de phalanstère pour oiseaux de nuits et vide de toutes âmes cette après-midi là, exceptées les nôtres.

0221.jpg023.jpg0801.jpg082.jpg026.jpg028.jpg031.jpg033.jpg034.jpg046.jpg084.jpg085.jpg

Armés de nos appareils, nous avons donc filmé plusieurs petites scènes, dans la rue d’abord puis à l’intérieur de l’établissement.

0371.jpg

Notre star a changé au moins 5 fois de tenue dans toute l’après-midi.

039.jpg064.jpg066.jpg

Préposée au « backstage » quand elle se préparait, je l’ai observée douter d’elle-même, cherchant désespérément l’assentiment dans le regard de l’autre, absurdement fardée, mettant une bague à chacun de ses doigts déjà gantés de cuirs, enroulant sur ses bas résilles de petits bracelets Gucci en faux diamant, repassant sur son oeil déjà très noir de l’eye-liner et du rouge à lèvres sur sa bouche botoxée, essayant dix perruques, sans cesse entourée d’une cour de jeunes hommes hystériques (« personal assistants », coiffeurs, habilleurs, maquilleurs…) poussant des hurlements de satisfaction quand elle faisait la moue ou essayait une nouvelle paire de chaussures; Ces mêmes hommes qui derrière son dos disaient combien ils la trouvaient vulgaire et pathétique.

Je la trouvais touchante, typique, me demandant en souriant doucement de ne pas la filmer quand elle fumait.

On aurait dit qu’elle voulait se cacher le plus possible, derrière des couches innombrables de maquillages, ses faux cils, ses faux cheveux, ses couches d’habits… Trébuchant sur ses hauts talons et bougeant maladroitement devant les flashs.

Quand venait le moment de poser, elle devenait une caricature d’elle-même, déjà caricaturale, bimbo de 47 ans couverte de paillettes, immense et tragiquement drôle.

091.jpg093.jpg094.jpg095.jpg098.jpg103.jpg

Parfois je me sentais prendre de la distance avec ce que j’étais en train de vivre, j’avais envie de rire quand j’imaginais n’était-ce qu’une seconde ce que mes parents, frères et soeurs ou proches amis auraient dit s’ils avaient été présents. J’aurais voulu pouvoir en rire avec eux.

Heureusement Steffi était là, et de nous trouver au milieu des gogo dancers bronzés vêtus d’un simple slip suffisait à nous réjouir.

040.jpg043.jpg088.jpg102.jpg

Hernan, incroyable farfadet de 40 ans, en paraissant 25, à l’origine de ce plan, nous racontait ses voyages et ses histoires drôles à base de chirurgie esthétique.

072.jpg

On a aussi piqué les accessoires des gogos…

069.jpg077.jpg

Expérience étrange et intéressante que celle-ci, qui m’aura au moins vue ravie de pouvoir tenir une caméra en toute liberté, et désireuse de tourner à nouveau, très vite.

105.jpg

 

 

0 commentaire à “Daniela”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Les échos d'Altaïr |
starrynight |
Hatake sitraka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mylifemystory
| Choupinette
| jess5593@mon blog