Jane Evelyn Atwood – « Too much time »

 005.jpg

« Les femmes en prison ». Voilà le sujet du livre de la photographe américaine Jane Evelyn Atwood.

 1083.jpg

Elle a passé presque dix ans, pendant les années 90, à la force de sa volonté (courriers et voyages répétés aux prisons, institutions, responsables…), à s’immerger dans les prisons de France, d’Europe de l’Est et des Etats-Unis ainsi que dans les tristement fameux « couloirs de la mort ».

Ce qui n’était de prime abord que de la curiosité devint bientôt de la rage et une conviction profonde qu’il fallait témoigner de ce qu’elle avait vu.

Des paroles de femmes, d’abord, quatre-vingt dix pour cent du temps obligées à commettre un crime à cause d’un homme (et leurs histoires, bien que toutes différentes, se rapprochent tragiquement sur ce point), qui racontent leurs vies brisées par la condamnation d’abord bien sûr mais aussi et par-dessus tout par ce qu’elles ont commis. Toutes le vivent comme un point de non-retour, une blessure qui restera à jamais à vif.

Des portraits magnifiques, poignants, des scènes quotidiennes de cette vie carcérale (les ablutions, le parloir,…), des moments « clés » (entrée et sortie de prison, derniers instants avant la mise à mort…)

gaileowens.jpg

Dans leur grande majorité, elles ont été victime d’abus répétés durant leur enfance, parfois toute leur vie. Comme beaucoup de criminels, elles sont d’abord des victimes qu’on a oubliées, qui n’ont pas pu être accompagnées.

Certaines, en prison, s’en « sortent » par la création. Elles écrivent, dessinent, s’expriment puisque c’est tout ce qu’il leur reste et que personne ne les entend.

Beaucoup développent des relations amoureuses entre prisonnières pour parer à la solitude. Malgré ces maigres consolations, les tentatives de suicides sont monnaie courante.

 reptcheque.jpg

 

Jane Evelyn Atwood a fait ce livre pour leur donner la parole, pour les montrer, et par là-même dénoncer la double injustice dont elles sont victimes.

Une jeune femme de 17 ans et sa mère condamnées ensemble à vie pour avoir tué l’époux de celle-ci, qui les battait, les violait et les harcelait psychologiquement.

Des femmes qui ont été jugées à la va-vite, condamnées plus durement que les hommes dont elles ont été les complices (!) mais aussi des femmes dont on nie l’humanité, vivant à 6 dans des cellules de 8m2, avec un w.c sans lunette, à découvert. Des femmes trop souvent abusées par les gardiens de prisons, fouillées jusque dans leur intimité (notion qui n’existe plus là ou elles se trouvent) au sortir du parloir en Europe de l’Est.

Quelle est cette prison? Dans quel état psychologique et physique sortent ces condamnées, séparées de leurs enfants qu’elles n’ont pas pu voir grandir?

Surtout, quelle est cette justice?

image007.jpg

Je discutais l’autre jour avec un ami américain qui me disait ne pas regarder les informations car elles le « vidaient de son énergie ».

Je comprends cela. Je suis dans sa position également. Comment cependant être heureux, vivre sa vie en prétendant que ce qui est pourtant une réalité n’existe pas? Dès lors que nous nous approchons d’un peu plus près, nous nous sentons submergés, désespérés, impuissants, pleins de rage, et tous ces états sont de ceux qu’on fuie parcequ’ils nous font peur, parcequ’on ne sait pas comment les gérer et qu’ils semblent être trop complexes, et ces problèmes insolubles.

Le simple fait d’en parler, d’ouvrir les yeux du monde à cette partie de notre histoire, de respecter ses femmes en leur accordant la reconnaissance simple de leur existence et de leur souffrance est déjà un acte de conscience.

TOO MUCH TIME/WOMEN IN PRISON, edition PHAIDON (titre francais: TROP DE PEINES/FEMMES EN PRISON chez ALBIN MICHEL, 2000), JANE EVELYN ATWOOD

0 commentaire à “Jane Evelyn Atwood – « Too much time »”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Les échos d'Altaïr |
starrynight |
Hatake sitraka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mylifemystory
| Choupinette
| jess5593@mon blog